close

  • Être fidèle à ma Patrie, la République de Pologne

     

  • NOUVELLES

  • 3 janvier 2019

    Il était fonctionnaire au Ministère de la Culture de Pologne depuis plusieurs années. Il a consacré toute sa vie professionnelle à la protection et préservation du patrimoine polonais a l‘étranger : à l'Est comme à l'Ouest.

    Dans la région consulaire lyonnaise seulement pendant les derniers années il était le bâtisseur de l’Espace Muséal de Witold Gombrowicza dans la Villa Alexandrine à Vence, restaurée par les conservateurs polonais, il a contribué avivement à obtenir les fonds pour la création d’une exposition permanente sur le Lycée Polonais à Villard-de-Lans. Enfin il était moteur des négociations pour l’acquisition de la collection des sculptures et des archives d’Auguste Zamoyski déposées à l’Abbaye de Sylvanés. Ses ouvres vont servir pendants longues années à la culture polonaise at à la coopération franco-polonaise. Nous rendons hommage à sa mémoire.

     

     

    Jacek Miler était fonctionnaire au Ministère depuis plusieurs années. Il fut l’un de ceux qui avaient contribué à créer une toute nouvelle institution après la transition politique. Après des études en histoire de l’art à L'Académie de Théologie Catholique de Varsovie, il avait consacré sa vie à la préservation du patrimoine culturel polonais à l'étranger. C’était un bâtisseur. Grace à lui, de nombreux monuments ou cimetières polonais ont pu être rénovés dans le monde entier. Il a créé des musées, des  institutions culturelles et permis de récupérer des œuvres perdues ou volées pendant la guerre. En Ukraine, en Biélorussie ou en Lituanie il n’y a probablement pas de monument polonais dont le directeur Miler ne se serait pas occupé personnellement. Ce fut le cas notamment de la cathédrale et du cimetière Lychakiv à Lwow, la collégiale de Żólkiew, la collégiale de la Sainte Trinité à Olyka en Volhynie, la cathédrale de Grodno, le cimetière "Na Rossie" de Vilnus. Les actions de Jacek Miler ont permis de faire restituer à la Pologne un grand nombre d'œuvres précieuses. Il savait persuader ses supérieurs que de telles actions nécessitaient non seulement de l'énergie mais aussi des moyens. Son département avait créé le site http://www.dzielautracone.gov.pl , un instrument moderne facilitant la recherche d'œuvres d’art cambriolées. Il soutenait les actions des institutions culturelles polonaises à l'étranger, réunies au sein de la Conférence Permanente des Musées, Archives et Bibliothèques d’Occident. Il était un grand défenseur de la préservation des traces de la Pologne et de la culture polonaise là où elles étaient apparues, mettant l'accent sur leur contribution à la culture locale, et donc universelle ; à la culture du dialogue et de la diversité. Il était favorable à la constitution d’institutions communes, vivantes, éducatives et efficaces et à la mise en place autour d’elles de coopérations concrètes. C’est dans cet esprit qu’il avait soutenu la création ou modernisation de musées polonais à l'étranger : Musée Slowacki à Krzemieniec, Musée Joseph Conrad à Berditchev, Musée Jozef Ignacy Kraszewski à Dresde. Pour mettre en œuvre efficacement des projets visant à préserver le patrimoine polonais, il fut à l'origine de l'Institut national du patrimoine culturel polonais a l'étranger – Polonika.

     

    En France aussi de nombreuses institutions qui forment le patrimoine culturel polonais lui doivent beaucoup :  l’Institut Littéraire et la Fondation Kultura de Maisons-Lafitte, la Bibliothèque Polonaise de Paris, la Société pour la Protection des Souvenirs et Tombeaux Historiques Polonais. Au sein de la circonscription consulaire de Lyon Jacek Miller était le parrain de trois projets absolument uniques ce qui nous a permis de travailler avec lui : L’Espace Muséal Witold Gombrowicz dans la Villa Alexandrine à Vence, inaugurée en 2017, l’exposition permanente consacrée au Lycée polonais de Villard -de-Lans (inauguration prévue pour 2019), l’acquisition de la collection des sculptures d'Auguste Zamoyski, déposées à l’Abbaye Sylvanès. Jacek Miler a su mener à terme des projets planifiés et discutés depuis des années mais dont l’aboutissement final rencontrait des obstacles et qui restaient donc des objectifs sur le papier. Comme le rappelle une note publiée sur la page du Ministère de la Culture, il a su édifier un monument plus solide qu’une sculpture de bronze. On dit souvent qu’il n’y a pas de gens irremplaçables. Je crains que ce n'est pas toujours le cas. La mort prématurée du directeur Jacek Miler est une grande perte pour le patrimoine polonais en France et à l'étranger, pour la culture polonaise et pour toute la Pologne. Il nous laisse cependant en héritage de nombreux collaborateurs auxquels il a transmis sa passion, sa ténacité et son sens de l'efficacité. Ils restent présents à l'Est comme à l'Ouest, engagés dans des projets autour des monuments, des musées, des bibliothèques, des archives, des ventes aux enchères, des cimetières et de tous les lieux où se trouvent des traces de la polonité. Nous lui devons de poursuivre son œuvre. Pour lui rendre hommage et le garder dans notre mémoire. Qu'il repose en paix.

     

     

    Joanna Kozinska-Frybes

    Consul Général

    miller

    Print Print Share: